Le groupe Continental met en lumière sa collaboration avec les nazis


A l'époque premier fabricant mondial de matériaux en caoutchouc

L’étude montre que l’entreprise a eu recours à environ 10 000 travailleurs forcés dans ses usines, souvent des prisonniers politiques, et n’a pas hésité, en plus, à utiliser des détenus de camps de concentration nazis. L’entreprise était à l’époque, un gros fabricant de semelles de chaussures, dont l’armée avait grandement besoin pour les troupes. Lire l'article




2 vues0 commentaire