Pour Jérusalem, dites-le à vos enfants


 

29 mai 2022


Lors de mes récentes conversations avec des adolescents au sujet de la Journée de Jérusalem, j’ai réalisé que parfois les faits historiques de base doivent être répétés.

Voici donc quelques-uns de ces faits. Par la journaliste Sivan Rahav Méir.


Pendant la guerre d’indépendance, les Jordaniens ont remporté les difficiles batailles dans le quartier juif de Jérusalem, et tous les Juifs ont été évacués de là, jusqu’au dernier. Jérusalem était divisée. De 48 à 67, pendant 19 ans, nous ne pouvions pas prier au Mur des Lamentations, nous pouvions seulement le regarder de loin avec nostalgie.


Pendant la « période d’attente », avant la guerre des Six Jours, une atmosphère morose régnait en Israël. L’humeur nationale était au plus bas à cause de la crainte d’une attaque combinée des pays arabes. La situation économique était difficile, et l’une des phrases les plus célèbres du pays était alors « que le dernier éteigne la lumière », c’est-à-dire : le dernier Israélien qui quittera le pays est invité à éteindre la lumière à l’aéroport Ben Gourion.


La guerre a été menée contre la Syrie, l’Égypte et la Jordanie, avec la participation des armées d’Irak, du Liban et de l’Arabie saoudite, et elle s’est terminée par notre victoire écrasante après six jours. Dans le monde arabe, la guerre a été appelée la « guerre de juin » pour masquer le fait humiliant que la tentative de destruction d’Israël a échoué après seulement six jours. Cela vaut la peine de s’en souvenir : aujourd’hui, nous ne célébrons pas seulement la libération de Jérusalem, mais aussi le sauvetage de Tel-Aviv.


À la fin de la guerre, Israël a libéré la bande de Gaza, la péninsule du Sinaï, la Judée et la Samarie, les hauteurs du Golan et, bien sûr, Jérusalem. La superficie totale ajoutée à Israël était trois fois ! plus grande que sa superficie avant la guerre.


Il est difficile de décrire avec des mots le soulagement, la joie et l’excitation qui ont saisi le monde juif tout entier, il y a 55 ans aujourd’hui. Voici une citation du journal Haaretz le matin après l’unification de la ville : « Il n’y a pas de mots pour exprimer les sentiments qui excitent nos cœurs en ce moment. La Vieille Ville de Jérusalem est à nous. Ses portes sont ouvertes, et le Mur des Lamentations ne restera plus désert. »


La splendeur de notre passé peut de nouveau être approchée elle fait partie du nouvel Etat, et elle rayonnera sur le projet d’édification d’une société juive, maillon de la longue chaîne de l’histoire du peuple Juif sur sa Terre. »

Amen. Bonne fête de Jérusalem.




 

Lire la suite : https://www.coolamnews.com/pour-jerusalem-dites-le-a-vos-enfants/

4 vues0 commentaire