Pourquoi tant de nations se joignent aux votes bizarres de l’ONU contre l’État juif ?


 

19 déc. 2021


Il y a quelques semaines, l’Assemblée générale des Nations Unies a adopté à une écrasante majorité une résolution niant un lien juif avec Jérusalem et le mont du Temple.

Par James Sinkinson*


C’est le site des deux temples juifs les plus importants, tous deux construits des centaines d’années avant l’arrivée des Arabes dans la région et la construction d’une mosquée au sommet de leurs ruines. D’un côté, c’est bizarre : quelque 129 nations ont voté en faveur de cette résolution qui contredit la Bible et l’histoire acceptée.


D’un autre côté, ce n’est pas surprenant : l’une des principales armes utilisées pour discréditer la légitimité de l’État juif dans sa patrie ancestrale et indigène a été la négation de l’histoire juive et des sites et archéologie juifs millénaires.


La plupart de ces démentis sont bon marché – des mensonges facilement réfutés par des dirigeants palestiniens corrompus et des « érudits » arabes. Le point culminant de la tactique est ce que l’écrivain israélo-américain David Hazony appelle « Temple Denial » – « une campagne d’effacement intellectuel… visant à saper la revendication juive sur n’importe quelle partie de la terre », qu’il compare avec effronterie à la négation de l’Holocauste.


Puisque les Palestiniens n’ont jamais eu de souveraineté ou de contrôle sur cette terre, leurs attaques contre la légitimité d’Israël dépendent de cette fausse histoire. Ils sont obligés de « prouver » que les Juifs sont des colonisateurs étrangers, et que les Musulmans et les Arabes sont là depuis des temps immémoriaux.


Malheureusement pour eux, la simple présence du Mont du Temple et d’innombrables sites juifs autour de Jérusalem – avant l’invasion musulmane et l’occupation arabe – sape complètement ces mensonges.


Et les Chrétiens ?

Pourquoi alors d’autres pays, dont beaucoup sont chrétiens ou avec des populations chrétiennes importantes, collaborent-ils à ces mensonges, qui nient également l’histoire et la croyance chrétiennes ?


S’il n’y avait pas eu de Temple à Jérusalem ou de Juifs en Judée, alors les parties centrales de la Bible chrétienne, comme Jésus et les changeurs d’argent, n’auraient pas pu exister.


Essentiellement, les nations qui nient l’historicité du Temple – et achètent le récit palestinien selon lequel il n’a qu’un seul nom, al-Haram al-Sharif – n’effacent pas seulement l’histoire juive, mais aussi chrétienne.


De toute évidence, une telle malhonnêteté intellectuelle et une telle abnégation historique n’ont pas empêché l’UNGA de désavouer la construction par les Juifs du Mont du Temple à Jérusalem. Bizarrement, la résolution de l’ONU ne fait référence au mont du Temple que par son nom arabe. Il utilise également un langage qui encourage les restrictions à l’accès des Juifs et des Chrétiens au Mont du Temple en appelant à « maintenir inchangé le statu quo historique au Haram al-Charif ».


Le texte de la résolution était si flagrant que des pays comme les États-Unis, le Royaume-Uni, la Hongrie, le Canada, la République tchèque et le Guatemala ont voté contre . L’envoyé américain a déclaré : « Il est moralement, historiquement et politiquement mal pour les membres de cet organe de soutenir un langage qui nie » à la fois les liens juifs et chrétiens avec le mont du Temple et al-Haram al-Sharif.


Intérêts politiques et diplomatiques égoïstes.

Mais pourquoi tant de pays adoptent-ils par réflexe la position palestinienne, même lorsqu’il s’agit d’un déni des faits, de l’histoire et de leur propre identité ? En termes simples : intérêts politiques et diplomatiques égoïstes.


Premièrement, des votes empilés : aux Nations Unies, il y a 22 pays arabes et 57 États islamiques, et un seul État juif. Si une nation veut proposer un programme ou être élue dans un organe du système des Nations Unies, une voix ne l’amènera pas très loin.


En outre, toutes les nations arabes et musulmanes font partie de ce que l’on appelle le « Mouvement des non-alignés », qui regroupe la plupart de ce qu’on appelait autrefois « Le Tiers-Monde », comptant 120 nations, représentant une majorité significative dans le 192- membre du système des Nations Unies. Cela signifie que le monde arabe et musulman a une majorité écrasante dans tous les forums multilatéraux. C’est ce que les dirigeants israéliens appellent constamment la « majorité automatique » contre l’État juif, et ce qui a conduit à une discrimination systématique dans les instances internationales.


Deuxièmement, les ressources naturelles : entre la moitié et les deux tiers des ressources naturelles mondiales proviennent de pays à majorité musulmane. C’est un puissant outil de persuasion.


Troisièmement, la démographie : il y a 1,8 milliard de musulmans dans le monde et moins de 15 millions de juifs. De nombreux pays, en particulier en Europe, en Afrique subsaharienne et en Amérique latine, ont des populations musulmanes en augmentation rapide. Dans les démocraties ou même les semi-démocraties, la politique intérieure locale l’emporte souvent sur tout sur la scène mondiale et diplomatique. Rester au pouvoir et apaiser les éléments rétifs dans son propre pays sont de puissants facteurs de motivation pour les élus qui ont besoin de chiffres à la reprise des élections.


Des votes qui ne coûtent rien

Quatrièmement, voter pour « montrer » : à l’Assemblée générale des Nations Unies, les résolutions ne sont pas contraignantes, simplement déclaratoires. Il en coûte donc très peu à ces nations de voter automatiquement avec les Palestiniens et leurs alliés sur n’importe quelle question. L’État d’Israël ne prendra aucune mesure contre ces pays.


La plupart des pays qui votent de manière cohérente avec les Palestiniens ont des relations bilatérales excellentes et croissantes avec l’État juif. Ils savent qu’Israël n’a pas le pouvoir, l’intérêt ou le poids diplomatique pour tirer parti des relations contre les schémas de vote de l’ONU. La partie arabe et musulmane dispose d’un poids important et n’a pas peur de l’utiliser.

À titre d’exemple, en 2013, les pays arabes cherchaient à exercer des représailles contre la position pro-israélienne alors perçue du Canada en le dépouillant de son rôle d’hôte de l’Organisation de l’aviation civile internationale des Nations Unies, dont le siège est à Montréal depuis 1947. Les ambassadeurs arabes à les Nations Unies ont commencé à attaquer ouvertement le Canada, y compris amener dans d’autres pays à voter contre Ottawa dans les organisations internationales, selon le Globe and mail du rapport de cette réunion.

Cela a envoyé un message non seulement au Canada, mais à tous ceux qu’ils jugeaient insuffisamment obéissants à une position palestinienne. Les nations ont compris que des sanctions et d’autres mesures peuvent être prises à leur encontre chaque fois qu’elles sont jugées trop éloignées des positions palestiniennes et pas suffisamment favorables à la délégitimation de l’État juif.


Des vérités simples

La prochaine fois que vous vous demanderez pourquoi tant de votes de l’ONU vont contre Israël – que ce soit à l’Assemblée générale, au Conseil des droits de l’homme ou dans l’une des dizaines d’agences internationales qui dictent l’agenda mondial – ces vérités simples indiquent la source de la malhonnêteté intellectuelle et de l’injustice. L’infrastructure mondiale a simplement été détournée par le récit palestinien.


De plus, nous, les Américains, devrions remercier nos politiciens démocratiquement élus qui continuent de soutenir Israël aux Nations Unies, défiant les pressions massives – et nous ne devrions jamais tenir cela pour acquis. La bataille pour les cœurs et les esprits des électeurs américains et de nos représentants contre les ennemis d’Israël doit être menée quotidiennement.


*James Sinkinson est président de Facts and Logic About the Middle East (FLAME), qui publie des messages éducatifs pour corriger les mensonges et les perceptions erronées sur Israël et ses relations avec les États-Unis

 

Lire sur le site : https://www.coolamnews.com/pourquoi-tant-de-nations-se-joignent-aux-votes-bizarres-de-lonu-contre-letat-juif/

3 vues0 commentaire