Urgent : dissolution de la Knesset, Lapid devient Premier ministre, élections en octobre


 

20 juin 2022


Après de nombreuses crises et des efforts pour la préserver, la coalition va être dissoute. De nouvelles élections auront lieu en octobre. Bennet a déclaré ne plus vouloir subir de chantage.

Selon le journaliste politique de News12, Amit Segal, après que les tentatives de stabilisation de la coalition aient toutes échoué, le Premier ministre Naftali Bennett et le vice-Premier ministre Yair Lapid ont conclu qu’un projet de loi sera soumis la semaine prochaine pour la dissolution de la Knesset, et une fois qu’il sera approuvé -s’il est approuvé – la rotation sera effectuée de manière ordonnée, Bennett se retirera et Lapid deviendra le Premier ministre.

Bennett et Lapid ont décidé de dissoudre le gouvernement et d’organiser de nouvelles élections. Cette décision a été prise après que les deux hommes aient épuisé leurs efforts pour préserver la coalition, qui a connu de nombreuses crises ces derniers mois.

Bennett a pris la décision de dissoudre la Knesset après une conversation avec le procureur général vendredi dernier, à propos du chaos qui sera créé si les règlements sur la Judée et la Samarie ne sont pas revotés.

La ministre de l’Intérieur Ayelet Shaked a été prise par surprise : elle n’a été informée que dans la journée de la décision de dissoudre la 24e Knesset, selon des sources politiques. Elle n’avait pas été consultée au préalable.

Bennet et Lapid soumettront un projet de loi de dissolution à l’approbation de la Knesset la semaine prochaine.

  • Yair Lapid deviendra Premier ministre pendant la période de transition, conformément à l’accord de coalition, et accueillera le président américain Joe Biden en tant que premier ministre d’Israël lors de sa visite dans l’État juif le 13 juillet. Les élections de la 25e Knesset auront lieu en octobre.

  • C’est la pire crainte de Bennet et de la droite qui se réalise : que Lapid affronte l’administration américaine, et qu’entre personnes de gauche, Lapid accepte des conditions et des compromis et des soumissions inacceptable par un esprit sain. Je peux même imaginer – je spécule ici bien entendu – qu’informés de cette transition, les membres les plus pro-palestiniens de l’administration Biden vont durcir le ton et exiger plus du nouveau gouvernement qu’ils ne l’avaient initialement envisagé.

Avec la dissolution du gouvernement, Naftali Bennett deviendra le Premier ministre ayant eu le plus court mandat de l’histoire d’Israël, un record qui sera battu par Lapid s’il ne reste pas Premier ministre après les élections.

Le Premier ministre Bennett s’entretient actuellement avec les chefs de parti. Il a déclaré aux dirigeants de la coalition :

« Je ne suis pas prêt à accepter le chantage et les menaces. Si je porte préjudice au pays à cause de la non-approbation des règlements sur la Judée et la Samarie – je partirai. »

Bennett et Lapid feront une annonce au public à 20 heures.

Lundi noir pour Bennet

  • Lundi matin, le Likoud a soumis un projet de loi visant à dissoudre la Knesset, et a déclaré qu’il avait l’intention de le soumettre à une lecture préliminaire en plénière mercredi prochain. Bennet et Lapid tentent de les prendre de court et d’éviter l’humiliation.

  • Le Premier ministre Naftali Bennett a également reçu, lundi matin, un message de Nir Orbach lui indiquant son intention de voter la dissolution de la Knesset. Bennett a réalisé qu’il n’y avait nulle part où aller et a annoncé la dissolution de la Knesset.

  • Toujours ce lundi, Yair Lapid a déclaré que si le Likoud offrait au député Nir Orbach une place réservée sur sa liste électorale en échange d’un vote contre le gouvernement, cela ferait l’objet d’une enquête pénale. Lapid a déclaré que « nous avons parlé à Orbach ces derniers jours, en espérant qu’il fera ce qu’il faut ».

Une autre raison majeure, peut-être plus prédominante que la conversation avec Orbach, a décidé le Premier ministre de dissoudre son gouvernement : selon les journalistes de Srugim, une conversation entre le Premier ministre Naftali Bennett et le procureur général Gali vendredi dernier a conduit à la décision d’avancer les élections. Etant donné qu’il n’y avait aucun moyen de faire voter la prolongation des lois sur la Judée et la Samarie, qui doivent expirer la semaine prochaine, Bennett a réalisé qu’il y avait une violation de la sécurité de l’Etat, et que la dissolution de la Knesset maintenait l’extension des règlements de manière automatique. Ainsi, Bennet a, pour la première fois, fait passer le pays avant son ambition personnelle. Où n’avait-il pas le choix ?

Si des élections avaient lieu aujourd’hui, avec Netanyahou à la tête du Likoud, ce dernier ne parviendrait toujours pas à former une majorité pour gouverner.

D’ici une semaine, tout peut encore arriver !

  • Les rebelles de la coalition peuvent revenir dans le rang,

  • ou ils peuvent être convaincus de quitter la Knesset.

  • Le ministre de la défense Benny Gantz peut décider qu’il est préférable de rejoindre une coalition Netanyahou plutôt que de se diriger vers de nouvelles élections.

  • Le projet de vote de dissolution peut échouer.

Bien qu’il y ait des limites aux actions qu’un gouvernement intérimaire peut prendre, les membres aux extrêmes du gouvernement ne seront plus limités par le besoin de stabilité de la coalition.

Les élections auront probablement lieu le 25 octobre 2022, et non en septembre.

Les Israéliens étaient fatigués de se retrouver quatre fois de suite devant les urnes, et avaient permis à Bennet de former un gouvernement. La fête n’aura pas duré longtemps. Le système parlementaire israélien est déplorable.

© Equipe de rédaction Israël 24/7

Source : https://www.israelnationalnews.com

 

Lire la suite : https://fr.timesofisrael.com/le-jour-ou-netanyahu-a-envoye-le-gouvernement-de-bennett-dans-les-tenebres/

1 vue0 commentaire